ISBN 978-2-88340-177-8
Pages 224
Format 13 x 21
Prix 29 CHF
23 €

WagnerDernières Nouvelles du passé

Alors qu’elle est occupée à débarrasser l’appartement de «Baba» et «Méla», ses deux tantes disparues, Louise, la narratrice, à travers les chambres vides, laisse errer ses pensées dans son passé de petite fille, insouciante, protégée par un monde de femmes. Il y a sa mère, Ottilia, mariée à un avocat jurassien ; il y a les sœurs de sa mère, ses tantes, émigrées siciliennes à Genève. Deux célibataires, modistes de leur métier, à l’écoute de l’enfant pendant les longues vacances d’été. Louise retrouve ses émotions de petite fille : bribes de conversation volées au monde des adultes ; tragédies et amours cachées ; moments de joie. Survient la Deuxième guerre mondiale, certes elle a lieu ailleurs, mais dorénavant la vie sera plus grave dans cette famille antifasciste. Les journées sont alors ponctuées par les nouvelles diffusées par la radio et les journaux que le père écoute anxieusement tous les soirs. La fin de la guerre sonnera aussi la fin des amours des tantes qui resteront définitivement meurtries. La narratrice laisse les images de son passé s’entremêler à celles de son présent de femme seule et vieillissante, tentant de nouer les fils des générations et d’en tirer un sens. «Dernières nouvelles du passé» c’est aussi la chronique d’une époque, celle d’un quartier populaire genevois dans les années trente et quarante.

Retour haut de page