ISBN 978-2-88340-188-4
Pages 305
Format 13 x 21
Prix 32 CHF
24 €

AleikhemLa vie éternelle

Traduit du yiddish par Arthur Langerman et Ariel Sion

« Il n’y a rien de neuf chez nous. Maintenant, Dieu merci, tout est rentré dans l’ordre. Les riches vont bien comme d’habitude et les pauvres crèvent de faim comme partout. Nous, les artisans sommes sans le moindre travail, mais il y a une chose, Dieu merci, avec laquelle nous sommes bien servis, c’est avec des pogroms (…) Le pogrom est même arrivé chez nous un peu tardivement, mais c’est pourquoi nous avons eu un pogrom avec tout le clinquant. »

Empreints d’un humour dévastateur, les treize récits de Sholem Aleikhem réunis dans ce recueil se situent toujours à la frontière de l’absurde et du drame. L’auteur nous fait découvrir l’univers juif d’Europe orientale au tournant du XXe siècle et dessine à traits mordants et tendres la vie des petites gens et celle de la bourgeoisie naissante.

Sholem Rabinovitch, dit Sholem Aleikhem (1859-1916) est sans nul doute l’écrivain le plus caractéristique de la littérature yiddish moderne. Il nous a laissé une œuvre importante. En 1905, il est contraint d’émigrer à Genève en premier, puis à New York. Il décide de poursuivre ses écrits en yiddish uniquement, imprimant ses lettres de noblesse à cette langue. Son œuvre la plus célèbre, Tévié le laitier, a été adaptée au cinéma en 1971 sous le titre Un violon sur le toit.

Dans ce recueil de nouvelles encore inédites en français, Arthur Langerman et Ariel Sion ont choisi de prendre comme trame le calendrier juif et la rencontre chaotique entre le monde juif et les autres.

Retour haut de page