ISBN 978-2-88340-089-4
Pages 192
Format 11.5 x 17.5
Prix 16 CHF
11 €

MoreauLe Nouveau Dictionnaire féminin-masculin des professions, des titres et des fonctions

Metropoche

Premier dictionnaire de féminisation de plus de mille professions, titres et fonctions à destination du grand public.

Ce dictionnaire est le témoin de la place des femmes dans notre société et affirme l’évolution du langage autant que des mœurs.

•Grammaire succincte donnant les clefs de la féminisation.
•Brève anthologie des femmes qui exercent, ou se sont illustrées dans ces professions ; une histoire à travers les métiers des femmes de l’Antiquité à nos jours.

Pourquoi ce dictionnaire ? Parce que parité, égalité, la discussion est engagée depuis près de cent cinquante ans. Seule réfractaire au débat, la langue française, qui demeure figée dans un académisme obsolète, au nom de lois grammaticales prétendument inaliénables, et la foi persistante qui voudrait que seuls les métiers déclinés au masculin aient de l’importance. Cependant, on oublie qu’il fut un temps où femmes et hommes partagèrent la vie publique et privée. Au Moyen-Âge, les femmes avaient, dans la société patriarcale de l’époque, une puissance financière, politique et sociale certaine. Le langage reflétait alors leur inclusion dans la vie publique et civile de l’État. Par exemple, Jeanne d’Arc s’appelait à l’époque non seulement une guerrière, mais aussi une commandante en cheffe des troupes royales. Au cours des ans, les femmes ont perdu leur droit de cité, et le langage, ce miroir d’une société, s’est pétrifié. Le siècle qui s’achève aura été marqué par l’avènement des femmes dans les sphères économiques et publiques. Dans la francophonie, seul le langage s’obstine à tout masculiniser.

Femina :
« Et malheur à celui qui lui fera remarquer qu’ « écrivaine ça fait vaine »; elle rétorquera aussi sec : « Écrivain, ça ne fait peut-être pas vain? » Depuis toujours, elle se bat pour la « désexisation » du langage. « Les premières directives que j’ai faites aux auteurs et autrices de manuels scolaires remontent aux environs de 1973 », dit Thérèse Moreau, précisant que « leur misogynie est souvent inconsciente. »
24 Heures :
Ne dites plus « Madame le »
Voici venu le règne des docteures et ingénieures, des écrivaines, des prud’femmes et des régleuses-conductrices de fraiseuse sur bois. Notre langue assimilera-t-elle ces nouvelles désinences ? Seul l’usage en décidera. »

Le Nouveau Quotidien :
« Certes : l’indispensable « Dictionnaire féminin-masculin des professions, des titres et des fonctions » ne quitte pas mon bureau et toute la rédaction (enfin, presque) vient le consulter. C’est que la panne est fréquente : plusieurs fois par jour, la course folle des doigts du journaliste reste suspendue au-dessus du clavier. » Anna Lietti
Retour haut de page